Paolo Malara : Le #CNM « possède les meilleurs jeunes de France »

1 325 vues
novembre 29, 2016

adc2e9ee5f15e48c443a09e808df1be7_l

 

Le coach italien du Cercle des nageurs marseillais Paolo Malara a livré ses premières impressions après un début de saison difficile.

Assi à la terrasse du CNM, un cigarillo à la bouche, l’entraîneur italien s’est confié. De sa reconversion comme entraîneur, à son arrivée à Marseille, en passant par les nombreux départs du club cet été, Paolo Malara n’a éludé aucune question.

 

Vous avez joué en Italie avant de devenir entraîneur, comment s’est passé votre reconversion ?

A l’époque l’entraîneur de Pescara est parti. Il a dit aux dirigeants du club de ne pas chercher un entraîneur car moi j’étais prêt à prendre la relève alors j’ai commencé comme ça. Mais j’ai toujours eu envie d’entraîner. Ensuite j’ai entraîné l’équipe nationale d’Italie, de France, d’Iran, de Chine et de Nice.

 

Comment s’est passé votre arrivée à Marseille en milieu de saison dernière ?

Ce n’était pas un problème. Je ne sais pas pourquoi il voulait changer. Au début on avait discuté pour que je vienne cette année mais on m’a rappelé pour venir en milieu de saison dernière donc je suis venu. Ce n’était pas facile non plus mais après un mois, un mois et demi ça a bien marché. Le changement est toujours difficile.

 

Vous attendiez vous à une telle intersaison avec beaucoup de départs de joueurs cadres ?

Non. Chaque joueur fait son job et fait son choix. Si les joueurs ne veulent pas rester à Marseille, c’est normal qu’ils partent. On a bâti un projet différent. On a laissé la place à trois jeunes dans l’équipe, avec « dix vieux ». Par contre maintenant après trois mois on a dix jeunes dans l’équipe et « trois vieux » parce qu’on a beaucoup de blessés.

 

Avec une infirmerie aussi chargée, on peut se demander s’il n’y a pas un problème au CNM. Enzo Khasz est parti à Aix pour soigner ses blessures…

Moi je suis arrivé après la qualification de l’équipe de France aux JO et Enzo Khasz avait déjà un problème à l’épaule. Après c’est son choix de partir. Il a décidé de faire cela, tant mieux pour lui et malheureusement pour nous. Camarasa s’est fait opérer de la hanche et a eu une pubalgie. Olivon s’est cassé la main. Dimitrije Risticevic s’est fait agresser dans la rue. Il y a des blessures qui ne sont pas de notre faute. Mais ça a permis aux jeunes de progresser.

 

Que pensez-vous du début de saison de ces jeunes ?

On parle de jeunes qui ont entre 14 et 18 ans. En trois mois ils ont énormément progressé. Jusque-là ils ont répondu au haut niveau. Je suis vraiment content car pour moi aussi c’est une surprise. J’attendais une progression mais pas comme ça. On doit continuer à bâtir un programme avec les jeunes. Ils sont le noyau dur de Marseille. Ce sont les meilleurs jeunes de France.

 

Vous semblez content du début de saison, malgré deux défaites contre Aix et Montpellier…

Il ne faut pas non plus oublier que l’on a joué sans cinq joueurs. Si dans toutes les autres équipes on enlève cinq joueurs cadres je ne sais pas comment elles s’en sortiraient. Marseille a fait un grand parcours dans ce début d’année. On reste sur deux victoires où on a surtout bien joué en défense. Ce qui a manqué à Montpellier c’est qu’on a pris trop de buts quand on était à égalité au score. Cette erreur, on l’a payée cher. On aurait pu mener deux fois 8-7, malheureusement on n’a pas marqué. Je suis sûr que si on l’avait fait, on n’aurait pas perdu le match. Maintenant on a quatre jours de vacances et puis on va se préparer aux deux matches très importants contre Strasbourg et Nice.

 

Vous avez été éliminé dès le premier tour de Coupe d’Europe, qu’est-ce qu’il manque à cette équipe ?

Les trois recrues serbes sont arrivées au dernier moment, à cause d’un problème de visa. Camarassa et Olivon étaient blessés. Si on a la chance de travailler en août avec toute l’équipe, je pense que l’on peut faire un bon parcours en coupe d’Europe l’année prochaine. Maintenant on va voir ce que donne cette année pour préparer un grand parcours en coupe d’Europe.

 

Êtes-vous déçu par le manque de supporters ?

Ça c’est un travail dans le temps. Ce n’est pas mon job. Moi je pense qu’il y a vraiment un noyau dur de joueurs marseillais. J’estime que la piscine devrait être pleine de membres du club et de parents de joueurs. Parce que ça c’est l’esprit du Cercle. J’espère que l’on pourra faire un progrès avec les supporters. Ça serait bien pour le club.

 

Votre avenir est-il écrit sur du long terme à Marseille ?

J’ai signé pour deux ans. Après la vie d’un entraîneur… Je ne sais pas. J’espère rester beaucoup de temps ici mais ce n’est pas moi qui décide. Si le CNM ne veut pas continuer avec moi à la fin des deux ans et que l’on me propose quelque chose ça peut aller très vite…

Propos recueillis par Tristan Arnaud

source : http://www.lamarseillaise.fr/sports/autres-sports/54806-malara-le-cnm-possede-les-meilleurs-jeunes-de-france