Euro League femmes : Le LUC a fait les montagnes russes face à Zlatoust, mais il jouera un huitième contre Budapest

929 vues
janvier 18, 2015

1879267649_B974538959Z.1_20150118131653_000_GA73QA2MO.2-0

Le water-polo est un sport simple : 14 joueuses nagent après un ballon et à la fin c’est Zlatoust qui gagne contre Lille. Ou plutôt qui gagnait car cette maxime n’est plus tout à fait vraie depuis hier soir et le match nul héroïque du LUC contre Zlatoust (11-11).

Dans une rencontre à rebondissements, le club nordiste, au bord de la rupture dans le deuxième quart-temps, est parvenu à trouver des ressources mentales pour revenir et tenir en échec une formation qui par le passé lui avait toujours brisé ses rêves européens (trois défaites en trois confrontations). Enfin donc le LUC n’est plus maudit contre Zlatoust ! Le voilà même, ce matin, toujours vivant dans cette Euroleague, à une victoire d’une qualification pour les quarts de finale.

Sabadell ayant battu Budapest un peu plus tard dans la soirée, le LUC s’est offert le droit de disputer un duel aux allures de huitième de finale, contre le prestigieux club hongrois (11h30). Et vu le niveau de jeu affiché par les joueuses de Filippos Sakellis hier soir, on se prend carrément à rêver de ce qui semblait inaccessible au début de la compétition. « Il y a toujours une chance, aussi petite soit-elle, on la jouera », avance le technicien grec.

Après tout pourquoi pas, l’incertitude du sport est telle que les espoirs les plus fous sont désormais permis et le retournement de situation contre Zlatoust renforce un peu plus le rêve. Menées 4-8 à la mi-temps à la suite d’un deuxième quart-temps catastrophique (0-4), les Lucistes ont réussi l’exploit de passer cinq buts en huit minutes pour revenir à égalité à la fin du troisième quart-temps. Et même de virer en tête après le but opportuniste de Farmaki (10-9, 26e). « Remonter quatre buts contre les Russes, ma main à couper que la moitié des gradins n’y aurait jamais cru », soulignait avec humour Géraldine Mahieu.

À vrai dire nous non plus. C’est le signe que cette équipe a mûri et qu’elle est capable de soulever des montagnes, russes et peut-être même hongroises. Une victoire face à Budapest permettrait au LUC d’intégrer le grand huit européen. KÉVIN CARMINA

LUC – ZLATOUST (RUS) : 11-11 (4-4, 0-4, 5-1, 2-2).

LUC : Terefou (16 arrêts) ; Clomes 2, Millot 2, Farmaki 2, Clerc 2, Mahieu 1, Tardy 1, Jaskova 1.

ZLATOUST : Panfilova (9 arrêts) ; Zubacheva 4, Neznamova 2, Karimova 2, Chebotova 2, Yarondaykina 1.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’actualité en Nord – Pas-de-Calais

Source:: La Voix du Nord