Sans piscine fixe, le Snedd a (presque) trouvé un toit !

796 vues
novembre 22, 2014

1086035_obj6864438-1_667x333

Le club sétois joue ce samedi-après midi dans la piscine découverte de… La Paillade

Les “sans piscine fixe” ont trouvé un abri pour la nuit. Du moins pour l’après-midi. Forcé à l’exil pour cause de bassin non conforme aux nouvelles exigences fédérales, le Snedd va effectivement disputer son premier match à domicile, ce samedi à 16 h 30 à… La Paillade, à Montpellier ! Un abri de fortune qui a ouvert ses portes aux Sétois dans l’urgence, la décision ayant été prise mercredi. Après moult péripéties. En effet, le bassin montpelliérain d’Antigone – où ils ont élu domicile – étant occupé ce week-end par les championnats de France de natation, les poloïstes sétois ont tenté dans un premier temps de déplacer le match. Trop compliqué. Tout d’abord parce que les Douaisiens avaient pris des billets non échangeables ni remboursables. C’est vrai que c’est gênant. Mais surtout parce les matchs aller doivent avoir lieu avant le 31 janvier car cela définit les qualifiés pour la Coupe de la Ligue. Et que les opportunités ne sont pas nombreuses d’ici là.

Après s’être vu refuser l’accès à la piscine de Nîmes, qui a perdu là une occasion de faire découvrir à ses habitants une autre discipline que le foot ou le hand, le Snedd a fini par trouver. Ce ne sera donc pas à Marseille ni à Aix-en-Provence (qui s’étaient quand même proposés), mais au Centre nautique Neptune de La Paillade. Super. Il y a toujours une solution à tout. Il y a juste un petit détail qu’il faudra quand même gérer, c’est que le bassin pailladin est à ciel ouvert ! La situation n’était visiblement pas assez insolite…

On va donc faire une entorse au règlement international, qui interdit formellement de jouer dehors en période hivernale. La Ligue promotionnelle de water-polo a d’ailleurs bien précisé qu’elle accordait à Sète une dérogation exceptionnelle, qui ne fera pas jurisprudence. Forcément. Après avoir interdit à Aix-les-Bains de monter en Pro A pour ces mêmes raisons, ce serait difficile d’expliquer que pour Sète c’est différent.

Il ne reste donc plus qu’à espérer que les cieux soient cléments avec les deux grands “SPF” du championnat (la piscine de Valenciennes ayant brûlé cet été, Douai a dû se rabattre sur une deuxième option et joue désormais à Tournai, en Belgique !).

Source : http://www.midilibre.fr/2014/11/22/sans-piscine-fixe-le-snedd-a-presque-trouve-un-toit,1086035.php