Pro A : le LUC peut-il encore progresser dans un championnat en perte de vitesse ?

748 vues
novembre 5, 2014

70523980_B973972035Z.1_20141104181334_000_GK43DHAVJ.1-0

 

La victoire en demi-teinte contre Nancy (13-8), avec un LUC à deux visages, a mis en évidence les limites d’une Pro A féminine qui manque cruellement de concurrence. Un effectif renouvelé de moitié, Nancy et Bordeaux qui ont peut-être réduit l’écart : il n’empêche que le dénouement devrait être identique.

 

Après trois victoires en trois journées, le LUC semble parti sur les mêmes bases que la saison dernière pour écraser son championnat. La Coupe de la Ligue, disputée à Cambrai à la fin du mois, devrait confirmer cette tendance.

Sauf que cette domination est tout sauf une bonne nouvelle pour l’équipe nordiste. Filippos Sakellis, l’entraîneur, le répète régulièrement, pour évoluer et se rapprocher des meilleures formations européennes (l’un des objectifs du club), son équipe a besoin d’oppositions relevées et d’un championnat de qualité.

La Ligue Promotionnelle, créée en septembre 2013, avait pour but de le rendre plus attractif. Le nouveau format, avec l’introduction cette année de phases finales disputées au meilleur des cinq matchs (comme en basket) doit y contribuer. Mais encore faut-il que les autres clubs élèvent leur niveau, et pour l’instant, cela ne semble pas être le cas. Le LUC possède encore une marge trop importante sur ses adversaires ce qui rend la concurrence minime voire nulle. Et les progrès dans tout ça ? Difficile à observer, le Coupe d’Europe (qui se tiendra à Lille) sera un révélateur, mais il faudra patienter jusqu’au mois de janvier !

Et en attendant, des scénarios comme celui observé contre Nancy risquent de se reproduire : les Lilloises ont survolé la première mi-temps (8-1) avant de se relâcher et de ne plus défendre (sept buts encaissés dans les deux derniers quarts-temps !). « On s’était pourtant bien mis dedans, on a pris ce match au sérieux, mais je pense qu’on s’est un peu laissé aller», a admis Géraldine Mahieu, la pointe du LUC. « Il y a eu une sorte d’autosatisfaction, on n’a pas eu l’attitude qu’il fallait ! C’est à nous de nous adapter et de respecter nos adversaires », avoue Filippos Sakellis.

C’est tout le problème qui sera proposé aux Lilloises cette saison : garder un niveau de concentration et de motivation intact pendant 32 minutes face à des adversaires qu’elles savent inférieurs.

LUC – NANCY : 13-8 (4-0, 4-1, 4-2, 1-5).

L’actualité en Nord – Pas-de-Calais

Source:: La Voix du Nord