«On a fait le travail»

881 vues
février 17, 2014

Article DNA – 17/02/17

le-strasbourgeois-romain-blary-(a-gauche)-et-la-france-ont-fait-un-grand-pas-vers-l-euro-photo-ffn-roikiine

Très nettement vainqueur de Malte samedi soir à Montpellier devant près de 2000 spectateurs et dans une grosse ambiance, l’équipe de France masculine a fait un grand pas vers l’Euro qui se jouera à Budapest du 14 au 27 juillet.

Après cette victoire 20-8, il reste désormais aux Bleus de Florian Bruzzo à bien négocier le match retour le 1er mars à Malte. Si c’est le cas, les Bleus retrouveront un Euro dont ils étaient absents depuis 2001.

« On a fait le travail, se réjouit Romain Blary (Team Strasbourg) auteur de deux buts dans cette partie à sens unique. Prendre huit buts, c’est moyen mais en avoir marqué douze nous met dans une position assez confortable. »

Crispation puis libération

Samedi à la piscine Antigone, il n’y a que dans la première période où les Français n’ont pas été étincelants. « On gagne cette période 4-3 à cause d’une crispation typique des matches à enjeu, ajoute Blary. Ensuite, on a déroulé et on a creusé l’écart. »

Ravi de l’organisation de cette rencontre et de la grosse ambiance dans les tribunes, Romain Blary se projette déjà sur le match retour, le 1er mars à Malte.

« Pas question de fanfaronner ni de sortir les calculettes pour gérer ces 12 points d’avance, estime-t-il. Ne serait-ce que par respect pour notre adversaire, on ira là-bas pour gagner et pas pour faire les malins. Ce sera dans une piscine extérieure et devant un public hostile. »

« Rester concentré »

Présent dans le groupe tricolore mais pas retenu pour ce match aller, le gaucher et capitaine du Team Strasbourg, Jean-Baptiste Cartoux, abonde dans ce sens quant à l’acte II sur cette île de la Méditerranée.

« A Malte, il y a une passion et une ferveur pour le polo, raconte-t-il. Chaque club est sur le littoral avec son terrain dans la mer. L’été, le championnat attire les meilleurs joueurs européens. »

« Il faudra rester concentré au match retour, poursuit Cartoux. Gommer les petites erreurs et faire les ajustements techniques. »

Après 48 heures de repos, les Bleus vont se poser trois jours à Nice (avec un match contre les meilleurs étrangers de Pro A dont les trois Croates de Strasbourg Sutic, Bratic et Racunica), enchaîner avec cinq jours de stage à Athènes (matches contre l’Olympiakos) puis mettre le cap sur Malte.