Qualifications à l’Euro 2014 : Avant d’entrer dans la compétition, la France a la cote ; c’est déjà ça !

1 023 vues
janvier 15, 2014

Article la Voix du Nord – 14/01/2014

1489736_3_918f_le-championnat-de-france-de-water-polo-est

« On part dans l’inconnu complet. » La Luciste Louise Guillet n’aurait pas pu faire mieux pour résumer la situation des Françaises à la veille d’entamer (vendredi, à Marx-Dormoy) le tournoi de qualification pour les Championnats d’Europe qui auront lieu à Budapest, en juillet prochain.

En panne de références sur la scène internationale depuis cinq ans, les Bleues s’avancent sur la pointe des pieds. Alors pour leur donner du baume au cœur, on est allé prendre la température auprès des Britanniques, sparing-partners de la France, dimanche et lundi derniers à Lille (une victoire et une défaite).
Le constat est sans appel, pour elles, l’équipe de France va se qualifier ! « Je serais plus surprise de voir la France ne pas se qualifier, que le contraire, admet la Luciste Angela Winstanley Smith. Elle a une vraie philosophie amenée par son nouvel entraîneur avec un jeu très réfléchi, c’est le jeu grec comme on l’appelle et ça pourrait bien poser des problèmes à l’Espagne qui possède un style de jeu similaire. Contre l’Allemagne, ça sera différent, ça va être un combat physique, mais là encore je pense que les Françaises seront en mesure de répondre au défi physique. Et puis elles jouent à la maison. »
Même si le compliment vient de la plus française des joueuses anglaises (Angela Winstanley Smith a passé quatre années à Nice avant de rejoindre le LUC en début de saison), il est à prendre en considération, surtout quand il émane d’une nation émergente du water-polo féminin.
Tout comme l’analyse de Kostas Vamvakaris, l’entraîneur grec de la Grande-Bretagne, qui prédit lui aussi une qualification tricolore. « La France a progressé, c’est bien mieux qu’avant ! Elle pratique un water-polo très organisé, avec beaucoup de discipline. Je pense qu’elle a une belle carte à jouer. La seule limite que je lui trouve, c’est l’expérience, elle n’en a pas beaucoup. »
S’ils ne constituent en rien un gage de réussite, ces deux matchs amicaux auront au moins permis aux Bleues de trouver des certitudes dans leur jeu, en plus des éloges distribués par nos voisins d’outre-Manche. Et puis, une fois n’est pas coutume, faisons confiance aux Anglais (territoire où les bookmakers sont rois) qui en matière de pronostics, ne sont jamais bien loin de la vérité.
Kévin Carmina