LPWP : Pro A Masculine J16 : Les cadors ne lâchent rien !

691 vues
mars 31, 2014

 

Article LPWP – 31/03/2014

 

waterCL484_light

Photo : Michel Dumergue

Nice, qui inflige une correction à Noisy-le-Sec, Montpellier, toujours invaincu après son succès face à Aix-en-Provence, Marseille et Sète, également victorieux des deux clubs nordistes, caracolent toujours en tête du championnat. En queue de peloton, ça se complique pour Reims, battu par Strasbourg, et Senlis qui s’incline face à Taverny.

Fin de série pour Noisy-le-Sec

Ceux qui s’attendaient à voir Noisy, équipe en forme du moment, poser des problèmes à l’Olympic Nice Natation ont dû rapidement déchanter. Si Mehdi Marzouki permettait à son équipe de faire jeu égal avec les locaux pendant une période en trompant à trois reprises Tristan Nicolet, la machine niçoise passait ensuite la surmultipliée en infligeant un cinglant 5 à 0 à des Franciliens débordés par la puissance de feu niçoise. Car, et c’est certainement la plus grande force des l’ONN version 2013-2014, le danger vient de partout comme le démontraient les 5 buteurs différents (Famera, Pirat, Jablonski, Laversanne, Rodin) de ce deuxième quart temps ! Au bord du gouffre à la pause, atteinte sur le score de 8 à 3, les Noiséens sombraient corps et bien en fin de rencontre pour s’incliner 20 à 6. Décidément Nice semble évoluer depuis quelques semaines dans une autre dimension !

 

Montpellier préserve son invincibilité

Malgré deux pénaltys ratés en première période, les Montpelliérains ont finalement fait le boulot face à une équipe d’Aix-en-Provence qui aura eu le mérite de ne jamais lâcher le morceau. S’appuyant sur un Matt Holland quasiment en état de grâce dans ses buts, les Provençaux ont même fait la course en tête pendant… 6 minutes, le temps que David Heinrich trouve la mire. Matthieu Peisson, quasiment muet ce soir (1 seul but au crédit du 2ème meilleur marqueur du championnat), c’est en effet le gaucher hongrois (4 buts) qui a guidé sa formation vers son 13ème succès de la saison. Si cette victoire (12-8) n’a que partiellement rassuré ceux qui s’interrogent sur l’état de forme actuel du MWP, elle permet en tout cas à Andrés Aguilar et à ses coéquipiers de préserver leur première place et leur invincibilité en championnat. Et c’est pour le moment ce que souhaite Fabien Vasseur, le coach montpelliérain.

 

Marseille déroule face à Douai

Un peu moins prolifique ces dernières semaines au point d’être désormais devancé par Mehdi Marzouki et Matthieu Peisson en tête du classement des réalisateurs de Pro A, Alexandre Camarasa a visiblement retrouvé de sa superbe en scorant à deux reprises dans les deux premières minutes de la rencontre ! Idéalement lancé par « le Bison », le Cercle a ensuite déroulé pour s’imposer 15 à 6 face à des Douaisiens visiblement dépassés par la furia phocéenne. Comme cela est de coutume depuis le début de la saison, Olivier Chandieu a profité de la faible résistance nordiste pour faire tourner son effectif et donner du temps de jeu à sa jeune garde. Si Guillaume Dino a trouvé une nouvelle fois le chemin des filets et prouvé qu’il était en passe de devenir un joueur essentiel du système marseillais, Mathias Olivon, Quentin Claudon et Dorian Manca ont eux-aussi trompé la vigilance d’Akos Biro démontrant à leur tour que le Cercle se préparait des lendemains qui chanteront encore.

 

Les Dauphins n’ont pas traîné

Chahutés lors du match « aller » par le promu lillois, les Dauphins ont remis les pendules à l’heure et de fort belle manière ! Idéalement lancé par Matthieu Fournier, qui transformait un pénalty après seulement 26 secondes de jeu, les Sétois continuaient sur leur lancée. Grâce à un Drazen Kujacic inarrêtable en première période et auteur de trois buts en… trois minutes, les Héraultais assommaient même la rencontre avant que les Nordistes n’aient le temps d’esquisser la moindre révolte. Il fallait en effet attendre la 6ème minute pour voir l’inusable Julie Tassin tromper la vigilance de Billy Noyon et permettre ainsi aux ENLM d’ouvrir enfin le score. Bien décidés à démontrer que leur place dans le quatuor de tête du championnat de Pro A n’était pas usurpée, Matthieu Fournier et ses coéquipiers infligeaient un deuxième 4-1 consécutif à leurs adversaires dans le deuxième quart temps. Avec six buts d’avance à la pause, les protégés de François Vila, aux commandes ce soir de l’équipe sétoise en lieu et place de Yannick Bonniou suspendu, n’avaient plus qu’à dérouler pour s’assurer un nouveau succès (7-11). Une neuvième victoire qui, si elle n’est pas encore synonyme de qualification définitive pour le « final four », permet en  tout cas aux Dauphins de s’installer encore un peu plus tout en haut de la hiérarchie nationale.

 

Taverny enfonce Senlis en deux temps

Le match de la peur entre les deux mal classés que sont Taverny et Senlis a tourné à l’avantage des premiers (12-7) à l’issue d’une rencontre haletante. Pourtant privés de leur entraîneur Lionel Serreau, suspendu de licence à titre conservatoire, les Picards prenaient en effet le meilleur départ. Grâce à Michal Somsag et Bruno Chastagner, les Senlisiens viraient même en tête en fin de première période (1-2). Seul Tabernacien à être parvenu à tromper la vigilance de Clément Dubois pendant les huit premières minutes, Laurent Pouillier-Guignard récidivait dans le deuxième quart temps empêchant les visiteurs, qui scoraient à nouveau à deux reprises par l’intermédiaire de Jérôme Leroy et Bruno Chastagner, de prendre trop d’avance à la pause (2-4). Faute d’avoir profité de l’inefficacité offensive des Franciliens en début de rencontre, les joueurs de l’Oise allaient connaître une fin de match beaucoup plus compliquée. Revenus à égalité (4-4) après 19 minutes de jeu, les protégés de Nicolas Permanne prenaient les choses en mains pour faire la course en tête. Encore indécise à l’issue de la troisième période (6-5), la rencontre basculait définitivement dans le dernier quart temps avec le retour de l’efficacité chez les Tabernaciens qui inscrivaient quatre buts en 5 minutes sans en encaisser un seul ! A 9-5, et moins de quatre minutes à jouer, la messe était dite. Le sursaut d’orgueil de Jérôme Leroy, auteur des deux derniers buts senlisiens, n’y changeait rien : Taverny, où les jeunes Charef, Faras et Cathudal se sont à nouveau illustrés, s’éloigne encore un peu plus de la zone rouge dans laquelle Senlis a basculé.

 

Le bon début de Strasbourg fait la différence

Avertis du net regain de forme d’une formation rémoise condamnée à l’exploit pour sauver sa tête en Pro A, les Strasbourgeois entamaient la rencontre sur les chapeaux de roue. Et grand bien leur faisait puisqu’après avoir laissé passer l’orage déclenché par romain Blary auteur de 3 buts en première période, les Rémois refaisaient petit à petit leur retard. A deux longueurs des Alsaciens à la mi-temps (5-7), les Champenois revenaient même à un tout petit but en milieu de troisième période (7-8 à la 20ème minute) sur une réalisation de  leur capitaine Rémi Marcy. Fort heureusement pour le Team Strasbourg, c’était le moment choisi par Nikola Sutic pour démontrer son incroyable talent de buteur. En trompant trois fois Julien Guilloteau en 1’25’’ (vous lisez bien), le Croate assommait en effet les protégés de Franck Missy qui abandonnaient leurs derniers espoirs de succès. Battus finalement 10 à 14, les Rémois pourront toujours se contenter de la défaite de Senlis à Taverny. Avec trois points de retard sur les Picards, Reims Natation 89 peut encore et toujours croire au maintien.