Pro A – Dames : Decléty et Wyffels, les travailleuses de l’ombre

1 165 vues
février 1, 2014

Article La Voix du Nord – 31/01/14

 

2054451262_B971919307Z.1_20140131181247_000_GLS1SBQU5.1-0 (1)

Après sept semaines de coupure marquées par une parenthèse internationale réussie (qualification de l’équipe de France pour l’Euro), le championnat reprend ses droits samedi soir, à Marx-Dormoy où le LUC reçoit Nancy.

L’occasion pour Magalie Decléty et Juliette Wyffels de retrouver leur rôle dans le vestiaire lillois. Chloé Todoskoff et Charlotte Depoortère étant parties, elles sont -avec Géraldine Mahieu- les plus anciennes du club et donc devenues des éléments essentiels à la vie du groupe. « C’est vrai qu’on est un peu l’âme de cette équipe, reconnaît Juliette Wyffels.Historiquement déjà, car on a vécu un paquet d’aventures ici. On a croisé beaucoup de filles qui sont restées plus ou moins longtemps. Et puis on a un rôle à jouer dans le vestiaire, on essaie de faire en sorte que la bonne ambiance soit au rendez-vous. »

On a parfois tendance à l’oublier car le LUC rime désormais avec performance et professionnalisme, comme en témoigne la flopée d’internationales françaises et étrangères, mais derrière les Guillet, Psouni, Mason et consorts, se trouvent deux joueuses certes un peu moins en vue dans le dispositif tactique de Filippos Sakellis, mais ô combien importantes pour faire cohabiter tout ce beau monde. « C’est vrai qu’avec Juliette, on sert un peu de repère notamment pour les étrangères. C’est important de garder quelques filles locales, ne serait-ce que pour la cohésion du groupe », confirme Magalie Decléty.

Un rôle loin d’être factice lorsqu’on sait qu’un groupe qui vit bien débouche traditionnellement sur une équipe qui joue bien. Et petit à petit l’alchimie est en train d’opérer : « Il y a des amitiés qui commencent à se construire dans ce groupe », soulignait-elle le 7 novembre dernier après la réception de Bordeaux.

Aujourd’hui, avec la coupure hivernale puis internationale, cela semble s’être renforcé : « J’ai senti des filles contentes de nous retrouver. On sent qu’elles commencent à s’attacher à nous et cela renforce l’esprit d’équipe. » La qualité du jeu également. Une bien mauvaise nouvelle pour Nancy, déjà mal en point en championnat qui risque, ce soir, de croiser sur sa route une équipe pas loin d’être à 100 % de ses moyens.

 

Photo christophe lefebvre

 

LUC (1er) – NANCY (5e). Samedi soir, 19 h, à la piscine Marx-Dormoy de Lille.