N1 : Le water-polo s’écrit aussi au féminin

1 101 vues
novembre 29, 2013

Article Liberté.fr – 28/11/2013

image

Pour la première année, Hérouville aligne une équipe féminine en Nationale 1. Objectif : prendre de l’expérience. Ce week-end, le club des Marsouins accueille la 2e journée.
“Quand je suis arrivé au club en septembre 2007, il n’y avait que cinq jeunes filles au club. Elles avaient le niveau débutant. Depuis, le groupe est monté en nombre et en qualité”, explique Johann Paco, l’entraîneur de la section water-polo du club d’Hérouville.

“On peut pratiquer un sport collectif dans une piscine”

Chez les Marsouins, le water-polo n’est pas qu’une affaire d’hommes. Sur la centaine de licenciés au club, près de 20 % sont des filles. “Le water-polo permet de montrer aux filles que l’on peut pratiquer un sport collectif dans une piscine et pas seulement faire de la natation”.
Depuis quatre saisons, le club hérouvillais aligne une équipe féminine dans le championnat interrégional de la zone Grand Ouest. Dans le sillage des garçons en N2, les Hérouvillaises ont aligné les bons résultats ces dernières années. Jusqu’à remporter les deux derniers titres.
En plus du championnat de zone, les Marsouins ont décidé cette année d’engager une équipe féminine en Nationale 1, l’antichambre de l’élite. “Nous avons souhaité faire le grand saut en N1 avec une troupe de jeunes demoiselles”, avoue Johann Paco.

16 ans de moyenne d’âge

Les poloïstes hérouvillaises sont âgées de 14 à 21 ans.“Dans la piscine, notre équipe a une moyenne d’âge de 16 ans”. Sélectionnée en équipe de France -17 ans, la polyvalente Marion Horcholle (16 ans) est le fer de lance d’une équipe qui ne cesse de progresser. “Mais cinq à six joueuses de l’équipe peuvent prétendre également à une sélection tricolore dans les prochains mois ou les prochaines années”, reprend le coach calvadosien.
Souhaitant développer sa filière féminine, le club d’Hérouville voit même débarquer des joueuses extérieures à la Normandie. “C’est un vrai projet au club. Deux filles de 14 et 15 ans de Laval, qui n’avaient pas de club près de chez elles, ont choisi à la rentrée de venir dans des familles d’accueil à Hérouville pour étudier et rejoindre le club de water-polo”.
En N1, Hérouville figure dans un groupe de quatre, avec Choisy-le-Roi, Saint-Denis et Chenove. A chaque journée, toutes les équipes se rencontrent. Début novembre, la saison a débuté dans le Val-de-Marne. A la clé : deux défaites contre Saint-Denis (8-14) et contre les locales de Choisy-le-Roi (7-24), et un succès contre Chenove (8-3). “On a pris une grosse raclée contre le 7e club français Choisy, mais ça s’est bien passé sinon”, avoue Johann Paco.
Engagée pour la première fois au deuxième échelon national, l’équipe féminine des Marsouins arrive sur la pointe des pieds. Avec une ambition de formation. “Lors de cette première année, notre souhait est de prendre de l’expérience”.

Engranger de l’expérience en N1

Samedi et dimanche, Hérouville accueille la 2e journée du championnat. Avec une nouvelle manche à disputer contre les trois équipes, avant de se rendre à Saint-Denis mi-décembre. “Notre ambition est de s’améliorer à chaque match. Par exemple, nous avons envie de nous rapprocher de Saint-Denis au niveau du score”.
Devant leur public, les poloïstes calvadosiennes pourront montrer les progrès effectués. “Cela nous permet, mais aussi aux familles, de voir où se situe le niveau de l’équipe”.
Depuis la rentrée, les Hérouvillaises engrangent de l’expérience et les résultats ne tardent pas à suivre. De retour dans le championnat du Grand Ouest après la première journée de N1, elles ont montré qu’elles avaient progressé.“Nous avons battu Le Mans 22-2 et Rennes 20-6″, se satisfait l’entraîneur hérouvillais. “Les filles sont en train de passer un palier”.
Si l’objectif en N1 cette année sera de ne pas finir dernier du groupe, Johann Paco “ne fixe pas de limite vers le haut” dans les années qui viennent pour son équipe. Avant cela, il y a trois matches à disputer ce week-end. “Il ne faut pas brûler les étapes, mais jouer à 110 % et on verra ensuite. Nous savons d’où nous venons, l’important est de tout donner pour progresser. Après, on aura ce qu’on mérite”.
Grégory MAUCORPS

• Pratique : 2e journée de N1, piscine Montmorency. Samedi 30 novembre : Hérouville – Chenove à 14h15 et Hérouville – Choisy à 20h. Dimanche 1er décembre : Hérouville – Saint-Denis