N1 – journée 19 – 13/04/2013 : RN89…Ça tombe mal… (L’union L’Ardennais)

1 026 vues
avril 14, 2013

DIM@SMA@P05@WATER_POLO_34.jpg

Le suspense durera encore quelques semaines. Les ENLM se devaient de l’emporter hier soir face aux Rémois s’ils voulaient revenir dans la bagarre finale qui les oppose pour l’accession directe. Au terme d’un match accroché disputé sous haute tension, les protégés de Ladislau Balanov l’ont emporté 11-9 et conservent intactes leurs chances même si les Champenois restent maîtres de leur destin, à trois levées du bouclage.
Les locaux, qui n’avaient d’autre choix que de prendre cette partie par le bon bout, opposaient d’emblée une bonne défense agressive sur l’homme. Derrière au tableau (2-1 puis 3-2), Reims revenait cependant à la lutte en recollant à la marque juste à la fin du premier quart temps sur un shoot de Milas (3-3).
La tension montait encore d’un cran, le mano à mano se poursuivant (5-5) mais, en bon capitaine lillois, Julien Tassin adressait un avertissement encore sans frais au leader invaincu (7-5).
L’élève prétendait dépasser le maître sur ce match et allait prendre une option certaine sur la victoire après deux nouvelles réalisations pleines de rage de Scott et de Radocz (9-5).
Sur les nerfs
Même sonnés, les hommes de Franck Missy ne mettaient néanmoins pas longtemps à réagir par Robin et de Missy sur pénalty (9-8). L’air du bassin tourquennois, qui accueillait les protagonistes du soir, devenait irrespirable même si les Lillois gardaient une certaine mainmise sur le gain de ce match après un but de leur pointe Zmukic (10-8).
Durant la dernière période, le jeu se révélait être nettement plus haché. D’abord par les temps morts demandés par les entraîneurs des deux formations mais surtout par les contestations continues de deux camps, visiblement à bout de nerfs.
A ce « petit » jeu, les Lillois gardaient le mieux leur sang-froid et raflaient la mise (11-9) et surtout une victoire qui relançait l’intérêt du championnat. Franck Missy ne pouvait que constater les dégâts côté visiteur. « Pour moi, ce (hier) soir, les arbitres ont décidé du sort de cette partie, je n’ai rien d’autre à ajouter. »