Bretagne : Samedi, l’Armoricaine joue le titre de champion (Sept jours à Brest)

1 071 vues
mars 20, 2013
1water-polo
Et si l’Armoricaine de Brest montait d’une division à la fin de la saison ? Mickaël Callec, le coach du club de water-polo, signe d’emblée. Mais à condition de le faire dès samedi.

Dix victoires, un nul, une défaite… C’est un rythme de champion, non ?

On aimerait bien oui. Mais à une journée de la fin du championnat, on reste au coude à coude avec Fleury, une équipe qui descend de Nationale 1 et qui a conservé de très bons éléments. Sinon, on n’a pas eu vraiment d’autres concurrents dans notre championnat. Même Granville, qui faisait selon moi parti des favoris en début de saison, est bien distancé.

 

Cette saison était pourtant la moins probable pour finir à une telle place ?

C’est vrai qu’avec la piscine Foch en travaux, on a dû jouer tous nos matchs de la poule aller à l’extérieur et parfois même faire deux matchs dans le week-end pour éviter de répéter les longs déplacements. Au final, ça nous a plutôt réussi. Surtout, on a eu des renforts très importants cette année, dont quatre joueurs d’expérience (Thomas Bressolier, Adrien Serra, Romain Darczuk, Basile Prime, ndlr) qui ont joué en élite, le plus haut niveau français. Ça nous a bien aidé.

 

Maintenant que vous êtes assurés de jouer les barrages, le match de samedi n’a plus aucun enjeu…

Au contraire. On souhaite vraiment la première place. C’est la seule qui assure une montée directe en Nationale 3A (le 4e niveau français, ndlr). Sinon, bien sûr, on pourra tenter notre chance lors des barrages. Mais les matchs ne se dérouleront que fin mai alors qu’on termine notre saison régulière samedi. C’est un calendrier aberrant pour une équipe amateur comme nous. L’Armoricaine est composée en bonne partie d’étudiants et de marins. Fin mai, les premiers seront en examen, les seconds en mer. Je ne les aurai plus sous la main. Le même problème s’était posé il y a deux ans. Voilà pourquoi il faut gagner contre Bourges samedi et croiser les doigts pour un faux-pas de Fleury qui jouera Granville dans le même temps. Pas évident.

 

Vous sentez avoir les épaules pour jouer l’an prochain en Nationale 3A ?

Déjà, avec notre effectif actuel, on n’aurait pas été ridicule à ce niveau cette année. Et contrairement à il y a deux saisons, on est certain d’avoir très peu de départs cet été dans l’équipe. Au-delà de ça, le club est sur une bonne dynamique. On est une vingtaine de joueurs aux entraînements, des jeunes commencent à frapper à la porte de l’équipe première. Notre deuxième équipe est compétitive, elle est deuxième de son championnat régional. Et même dans les tribunes, on est impressionné du nombre de supporters à venir nous voir jouer. On est une centaine sur certains matchs.

> Armoricaine – Bourges, samedi à 20 h 45, à la piscine Foch. Gratuit.

Article Sept Jours à Brest